Pertes de l’Ain

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Géolocalisation sur la carte : Jura

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

Géolocalisation sur la carte : France

Les pertes de l’Ain de la commune de Bourg-de-Sirod, dans le Jura (massif du Jura), en Franche-Comté, sont une gorge / perte (hydrologie) très étroite d’environ 2 m de large, pour 100 m de long, et 12 à 15 m de profondeur, dans laquelle s’engouffre l’Ain, avant de rejaillir, après un cheminement souterrain d’environ 15 m, dans une vasque qui déborde en cascade de 17 m de large.

L’Ain, prend sa source sous forme d’exsurgence, au fond d’une combe, près de Nozeroy, au sud des villages de Conte (Jura) et La Favière, à 680 m d’altitude. Elle parcourir 190 km à travers le massif du Jura avant de se jeter dans le Rhône à Saint-Maurice-de-Gourdans à quelques km de Lyon.

Tufière

Gour

Tufière

Il y a dix millions d’années (Miocène), à 10 km en aval de sa source, l’Ain s’enfonce dans une fissure entre le plateau de Nozeroy et celui de Champagnole. Elle y creuse une galerie souterraine parfois d’une largeur inférieure à 2 m (les pertes) débouchant au niveau des actuelles anciennes forges de Bourg-de-Sirod.

Gorge profonde escarpée

Gorges

Amas rocheux effondré

Centrale hydraulique EDF de Bourg-de-Sirod

Au fil des millénaires, à force d’érosion, la voûte de cette galerie calcaire s’effondre en amas rocheux, dont il reste des vestiges éparses, et dont une bonne partie a été déblayée par les crues de cette rivière de montagne qui connait de très importantes fluctuations saisonnières.

À partir du XIVe siècle la cascade alimente en énergie hydraulique des forges jusqu’en 1920, puis une centrale électrique à énergie hydraulique jusqu’à ce jour.

Au départ des anciennes Forges de la commune de Bourg-de-Sirod, un sentier de randonnée circulaire aménagé sous bois, d’une heure de marche, fait le tour des pertes, en partie bordée de grands épicéas, de gours, et d’une tufière remarquable.

Sur les autres projets Wikimedia :